Introduction
Description
Organisation
Guerres
Armes
Contact
  Les Fourmis  
Anatomie Morphologie Microscope Anatomie

La Glande  :

La fourmi l'utilise pour tuer ses proies ou pour se défendre de ses ennemis. Chez les espèces du genre Fourmica, cette glande sécrète de l'acide formi que, qui brûle les chairs.
Chez d'autres espèces, elle sécrète un venin paralysant.

Glande:

Morphologie et ultrastructure des glandes :


Morphologie : On peut observer deux glandes :

une glande acide venimeuse, dorsale, qui débouche dans un réservoir situé à la base de l'aiguillon.

une glande alcaline ou de Dufour, plus discrète, ventrale, qui débouche à la base de l'appareil vulnérant.

Ultrastructure :

La lumière de la glande est tapissée de cuticule, sous laquelle on observe une première couche de cellules sécrétrices de l'ectoderme, et dans laquelle s'insèrent des canalicules permettant l'évacuation du venin dans la lumière de la glande. A l'extrémité de chaque canalicule se trouve une cellule sécrétrice riche en microvillosités et en vésicules de tailles diverses.

Glande de Dufour :

C'est le " flacon à parfum " de la fourmi.

Le composé déposé sur le sol trace un rail odorant qui conduit généralement à une source de nourriture.

L'activité du composé a une durée de 100 secondes.

Exemple :

Lorsqu'une fourmi se trouve face à une quantité importante de nourriture, elle en découpe une partie puis sur le chemin menant à la fourmilière elle sécrète un rail odorant issu de la glande de Dufour, afin de mener ses congénères à cette source de nourriture.

Tube de Malpighi :

Ils sont disposés en étoile autour du tube digestif.
Ils jouent le rôle du rein ; ils débarrassent la fourmi des déchets contenus dans le sang.

Cour :

En se contractant, il fait gicler le sang d'arrière en avant vers le cerveau.

Jabot et gésier :

Le jabot : c'est un réservoir à graisse et à sucre.
La nourriture, stockée sous forme liquide, est régurgitée à la demande (trophallaxie : voir
alimentation). C'est l'estomac social de la fourmi.

Le gésier : il sert d'estomac pour les propres besoins de la fourmi et de pompe pour propulser vers la bouche les aliments contenus dans le jabot.


Glande métapleurale :

Elle sécrète des substances antiseptiques qui protègent la fourmi et son nid contre les attaques microbiennes.

Chaîne nerveuse :

Elle est composée de trois ganglions thoraciques (un vers chaque paire de pattes) et de ganglions abdominaux.

Glande labiale :

Elle sécrète des enzymes digestives.

Glande mandibulaire :

Cette glande sécrète une substance ayant pour but d'avertir ses compagnes d'un danger (alerte).

Glande pygidiale :

Elle sécrète une substance afin de faire fuir les fourmis étrangères (avertissement).

Glande prépharyngienne :

Elle sécrète également des enzymes digestives.

Les trachées :

Elles portent les stigmates et elles conduisent l'air jusqu'aux cellules sans que le sang n'est à intervenir. Ce n'est donc pas le sang qui distribue l'oxygène aux cellules.

Glande postpharyngienne :

C'est le centre de fabrication et de stockage des graisses destinées à l'alimentation des larves.

Sac infrabuccal :

C'est un filtre à particules minérales.

Le cerveau :

Le cerveau des fourmis compte environ 500 000 neurones.
Il est composé de trois parties : le protocérébron, le deutocérébron et le tritocérébron. Les deux premières formations suscitées ont un rôle important dans l'intégration des informations chimiques perçues par les chimiorécepteurs.

Dans le deutocérébron, on trouve les corps cellulaires des neurones innervant les antennes. Dans le protocérébron, il existe des structures qui permettent l'intégration des messages nerveux issus de la transduction des messages chimiques : il s'agit des corps pédonculés ou corpora pedunculata. Chaque corps pédonculé consiste en un ensemble de petits groupes de neurones, les glomérules. Ces glomérules constituent donc un site de transfert d'information entre les neurones sensoriels et les neurones afférents aux centres supérieurs.

Le cerveau:

 

Remarque :
La perception de l'écoulement du temps est très différente chez les humains et chez les fourmis.

Pour les humains, le temps est absolu. La périodicité et la durée des secondes seront égales, quoiqu'il arrive.

Chez les fourmis, en revanche le temps est relatif. Quand il fait chaud, les secondes sont très courtes. Quand il fait froid, les secondes s'allongent à l'infini, jusqu'à la perte de conscience à l'hibernation.

Ce temps, qui est donc "élastique", donne aux fourmis une perception de la vitesse des choses très différente de la notre.

Pour définir un mouvement, les fourmis utilisent l'espace, la durée et la température.

Schéma récapitulatif:

L'anatomie d'une larve de fourmi:

 
© Tout droit réservé par G@f