Les Fourmis  
Les fourmis d'Argentine

 

La fourmi d'Argentine (Linepithema humile), moins féroce que la fourmi de feu mais tout aussi boulimique, s'est certainement aussi planquée à fond de cale, depuis l'Amérique du Sud, pour coloniser les côtes méditerranéennes: en soixante-dix ans, elle est parvenue à exterminer 95% des espèces locales de fourmis et autres insectes.

Avec quelles conséquences?

«Vivant où réside l'homme, donc dans des milieux déjà perturbés, elles aggravent encore la situation. L'équilibre où chaque espèce avait créé sa petite niche n'existe plus. Bien plus nombreuses, elles sont par conséquent beaucoup plus efficaces.»

Mais comment se fait-il qu'aucun prédateur ne les attaquent?

« Cette fourmi opportuniste était déjà préadaptée. La difficulté, pour une espèce, est d'acquérir un nouveau mode de fonctionnement. Parmi les nombreux prédateurs des fourmis, dont certaines mouches pondant leurs oeufs sur elles, l'un d'eux est peut-être apte à changer, parce qu'il présente des caractéristiques assez similaires. Mais un tel phénomène peut prendre entre dix ans et des millions d'années...»

Ayant besoin de chaleur et d'humidité pour prospérer, elles apprécient particulièrement, comme certains d'entre nous, les complexes touristiques du genre La Grande Motte ou Port-Leucate; tout est à disposition, pourquoi se gêner? Inévitables, car trop nombreuses malgré les traitements, elles ont pourtant le savoir-vivre de ne pas exiger le gîte en sus du couvert. Dites-leur merci, la prochaine fois que vous en débusquerez dans le sucrier de votre résidence d'été...

 
© Tout droit réservé par G@f